place Similien Guerin 44620 La Montagne Voir sur la carte

Dernières news Ciné

Football : "Beaucoup de joueuses de la Coupe du Monde sont devenues footballeuses grâce à Joue-la comme Beckham" Football : "Beaucoup de joueuses de la Coupe du Monde sont devenues footballeuses grâce à Joue-la comme Beckham"
Dix-sept ans après sa sortie, "Joue-la comme Beckham" continue de faire parler de lui. La preuve : plusieurs joueuses de la dernière Coupe du Monde de Football se sont mises à ce sport après avoir vu le film selon sa réalisatrice Gurinder Chadha.
En savoir plus

 

Du 18 au 24 septembre, 1 place de cinéma achetée, 1 repas offert par Les Restos du cœur
Du 18 au 24 septembre, 1 place de cinéma achetée, 1 repas offert par Les Restos du cœur
Une opération de collecte inédite " Le cinéma a du cœur " aura lieu dans les salles obscures à partir du 18 septembre. Et ce pendant une semaine au profit de l'association fondée par Coluche, Les Restos du cœur.
En savoir plus

 

Bande-annonce Skin : Jamie Bell néo-nazi tatoué dans une histoire vraie glaçante Bande-annonce Skin : Jamie Bell néo-nazi tatoué dans une histoire vraie glaçante
Découvrez la bande annonce de "Skin", où Jamie Bell joue un néo-nazi tatoué qui cherche à changer de vie. Le film n'a pas encore de date de sortie française.
En savoir plus

 
Plus de news ciné avec Allociné
 

Bandes annonces

 

La haut sur La Montagne,
l'est un vieux cinéma


 En 1919, naissait à La Montagne, 42 ans après la création de la commune et quelques mois à peine après l'arrivée de l'électricité dans le bourg, le Cinéma "LE MONTAGNARD". C'était le seul cinéma dans toute la région sud-ouest du département.

LES EQUIPEMENTS

C'est un jeune prêtre, aidé des premières bonnes volontés, qui est à l'origine de cette aventure, l'abbé GUIHO, dont la devise était "se distraire et s'instruire ensemble", avait acheté au surplus américain de Montoir, un cinématographe de marque "POWER", qui fut livré en pièces détachées, puis installé au grenier de la salle du patro construite en 1904 et 1905 par les paroissiens.

La première représentation eut lieu en septembre 1919, dans des conditions assez exceptionnelles et avec un film lui aussi célèbre : "Les enfants du Capitaine Grant". Dans toute la région, ce fut un évènement, et dans cette période d'après-guerre, on vint de partout "voir devant soi un cheval galoper". Les opérateurs étaient nombreux : le projeteur tournait la manivelle à une cadence régulière, un autre opérateur rapprochait les charbons pour conserver un arc conforme à la bonne luminosité, et les éclairagistes s'affairaient à leurs tâches. En ce joyeux temps du cinéma muet, le son était souvent dans la salle, en particulier lorsqu'il s'agissait d'un public d'enfants. L'accompagnement musical était assuré au piano par un aveugle qui improvisait selon les indications que lui fournissaient Monsieur Collet, âgé de 16 ans à l'époque. Tantôt c'était une musique accélérée, tantôt langoureuse, ou encore militaire suivant les scènes du film.

Vers 1930, l'appareil fut doté d'un moteur d'1/10ème de cheval pour l'avancement des charbons. En 1934, ce sera un autre évènement avec le cinéma parlant. En 1937, deux nouveaux appareils à lampes à incandescences de marque NATIONALE remplacent l'appareil POWER, puis en 1946, ces appareils sont équipés de lampes à arc. En 1951, le matériel est encore une fois rénové, permettant de franchir en 1954 la première révolution : le cinémascope. En 1968, un appareil solo VICTORIA 4 doté d'une lampe au xénon remplace les deux appareils à arc (première salle de la région).

La salle subissait parallèlement plusieurs transformations. La petite cabine de projection à laquelle on accédait par une échelle meunière en passant par une trappe du grenier a été remplacée, en 1944, par une cabine en béton. Les bancs des temps héroïques cédaient la place à des sièges en bois avec accoudoirs en fer en 1936. Dix ans plus tard, nouvelle révolution : le fauteuil en contre-plaqué apparaissait, supplanté en 1963 par des sièges en skai, puis en 1978 par des fauteuils en velours acrylique. La salle elle-même agrandie en 1924, rénovée en 1946 et entièrement transformée en 1963, offre à l'époque 300 places. La scène est alors reconstruite afin de permettre une diversification des spectacles, notamment le théâtre.

Alors que plusieurs communes rurales ou suburbaines voyaient leur cinéma disparaître, La Montagne voyait le sien non seulement se maintenir, mais également prospérer.

En 1984, la pause de tentures plus harmonieuses, de moquettes, d'éclairages modernes, ainsi qu'une nouvelle disposition des fauteuils, améliore considérablement l'accueil du public. Lors de la sortie nationale du film "Le Grand Chemin" en 1987, 5 062 spectateurs viendront admirer les paysages de Rouans. Cette réussite dépasse les espérances des responsables et fait des envieux au plan national.

La salle s'équipe en 1990 du son Dolby-stéréo afin d'offrir au spectateur une sonorisation de qualité, et s'adapte à l'évolution de la production des films. L'année suivante, les bénévoles installent en une journée 250 fauteuils neufs pour un meilleur confort.

Le vieux cinéma, en pleine cure de rajeunissement, rénove en même temps sa façade sur grand écran (125 m²), et en couleurs. Puis le projecteur VICTORIA 4 cède en 1995 à une nouvelle génération de projecteur, le VICTORIA 5. Aux inquiétudes nées depuis les années 60 avec la concurrence de la télévision, plus tard du magnétoscope, viennent s'ajouter en 1997, l'implantation de grands complexes cinématographiques en périphérie des villes, puis le DVD. Les petites salles associatives voient alors leur fréquentation baissée de 30% en moyenne et sont menacées à terme de disparition.

Face à ce nouveau défi, les responsables décident d'un programme de remise à niveau des équipements à partir de janvier 2000, tant sur les plans de l'aspect extérieur (entrée), de l'accueil du public (hall) et des handicapés (mises aux normes avec ascenseur), des sanitaires (toilettes H/F et handicapés), du confort (chauffage), et de la qualité de la projection et du son (Dolby numérique). Le cinéma offre dorénavant une capacité de 228 places (223 fauteuils + 5 emplacements handicapés), et répond aux exigences des normes de sécurité et d'accessibilité actuellement en vigueur. Depuis mars, les internautes peuvent désormais s'informer sur le programme du cinéma en surfant sur le Web http://cine.lemontagnard.free.fr.

L'année 2004 voit la toiture de l'ensemble des bâtiments refaite à neuf, puis 2006 la rénovation totale de la salle. Les travaux portent sur la réfection de la pente de la salle pour un meilleur dégagement des têtes, le traitement des murs et de la charpente, la suppression de deux rangées de fauteuils pour agrandir de 10 cm l'écartement entre les fauteuils, l'achat de 200 fauteuils, l'isolation des murs et du plafond afin de réduire les factures de chauffage, le remplacement des tentures murales et du rideau de scène, la refonte complète de l'éclairage de la salle, et enfin l'adjonction d'un vidéo projecteur et d'un PC portable comme outils de communication.

Au fil des ans, l'association "LES MONTAGNARDS" a su se doter d'équipements de qualité et peut affronter l'avenir sereinement.

De 1919 à 2018, 99 ans de Cinéma dans les mêmes murs. Qui dit mieux???

LES BENEVOLES

 Il est bien sûr impossible de citer en quelques lignes tous les bénévoles (hommes et femmes) qui se sont succédés, depuis 1919, aux différents postes (directeurs, trésoriers, opérateurs, animateurs, responsables de séance, contrôleurs, caissiers, responsables confiserie, placeuses, etc...), afin que vive le 7ème Art à La Montagne.

Citons quelques responsables : Mrs Eugène et René GUILLARD, Mr Eugène CHATELLIER (51 ans de dévouement au cinéma), Mr André COURTINE, ainsi que Mr Victor COLLET et Mr Albert MOREAU, respectivement 65 et 35 ans de bénévolat, et Mr Alain COURTINE (30 années de bénévolat). 

LES PARTENAIRES

_ Le cinéma participe activement à la vie de la commune sous différentes formes :

_ Cinéma scolaire avec toutes les écoles et collèges du canton. Pass culture/sport Région.

_ Cinéma Art & Essai depuis 1990 (800 salles seulement en France).

_ Membre CNC, CINEDIFFUSION, AFCAE, La Règle du Jeu, etc...

LES SPECTATEURS 

Certes en l'an 2006, la clientèle ne vient plus au "Montagnard" comme en 1919 ou bien lors de l'apparition du Cinéma parlant. Ce n'est plus du tout le même engouement pour la lucarne magique car les distractions et les formes de loisirs se sont multipliées et diversifiées. Mais c'est toujours avec le même état d'esprit que les responsables (44 bénévoles) accueillent chaleureusement et continuent d'animer une salle qui fait bonne figure dans la région pour son dynamisme.

A.C

* Champs obligatoires